L’articulation entre le PAN et la protection des captages d’eau potable

Avez-vous d'autres propositions à formuler pour améliorer la protection des captages d'eau potable (d’ordre technique, organisationnel, etc.) ?

Ajouter ma contribution
  • Innovation technologique

    Erwan ALLAIN | 06 Novembre 2020 - 22h42

    L’utilisation d’un complexe de microorganismes permet de réduire fortement (30 à 50%) la lixiviation de l’azote en réorganisant les nitrates en azote organique. De plus, cette réorganisation permet de réduire le risque de dégagement de N2O, puissant gaz à effet de serre, qui se forme lors de la dénitrification anaérobie.

  • PSE ...

    CA81 | 06 Novembre 2020 - 19h43

    ₋ Déploiement des PSE dans une logique gagnant-gagnant (avec un cahier des charges adapté aux différents systèmes de production).
    ₋ Accompagnement technique (financements nécessaires).
    ₋ Point de vigilance sur le pilotage par objectifs de résultats.

  • Florian

    florian Gaultier | 06 Novembre 2020 - 19h08

    Déploiement des PSE dans une logique gagnant-gagnant

    Accompagnement technique (financements nécessaires)

    Point de vigilance sur le pilotage par objectifs de résultats :

    - Outil réglementaire ou outil de développement ?

    - Définition de l’échelle d’action à applicable à un territoire restreint

    - Distinction entre l’analyse des pratiques agricoles et des aléas climatiques

  • Pollueur Payeur

    Kate | 06 Novembre 2020 - 18h11

    La dimension financière de soutien aux bonnes pratiques agricoles, protecteurs de la santé de la population et bio est fondamentale. Il faut priorisé les financements vers ces agriculteurs Il faut demander aux agriculteurs qui polluent l'eau et l'air de participer financièrement.Il n'est pas normal que ce soient les usagers et consommateurs qui paient une depollution.

  • accompagnement technique et financier

    FDSEA56 | 06 Novembre 2020 - 17h52

    la contribution des agriculteurs à la production de l’eau potable devrait être rémunérée ; l’accompagnement technique des agriculteurs pour la mise en place d’actions volontaires devrait être a minima gratuite (elle leur demande déjà du temps). L’entretien de ces zones, si elle n’était pas réalisée par les agriculteurs, couterait en effet à la société. Une communication valorisant les démarches engagées par les agriculteurs serait la bienvenue.

  • SERTAD 79

    SERTAD79 | 06 Novembre 2020 - 16h42

    Les collectivités territoriales et les organismes d’Etat de grandes tailles devraient intensifier leur engagement et leur soutien vis-à-vis de l’achat des productions en faveur de l’environnement et de la protection de la ressource en eau. Comme par la création de débouchés en octroyant des crédits d’impôts envers les particuliers (exemple pour le chanvre : aides financières de l’Etat pour isoler avec des produits à base de chanvre). La part d’achat de produits en agriculture biologique s’accroît pour la restauration collective mais il faudrait que les achats de produits provenant de filières à bas niveau d’impact (intégrant aussi les problématiques nitrates, phosphore, matières organiques…) puissent se développer.
    - Maintien de la prise en compte dans la nouvelle PAC des obligations liées à la Directive Nitrate (couverture des sols, bandes tampons) ;
    - Maintien des programmes volontaristes/incitatifs : MAEc, PSE ;

  • Laisser place à la réflexion locale

    CAPDL | 06 Novembre 2020 - 15h15

    Permettre une adaptation des programmes d’actions au contexte local : hydrogéologie, productions agricoles, etc...
    Développer les PSE sur ces territoires prioritaires

  • PSE

    FDSEA31 | 06 Novembre 2020 - 14h56

    Les paiements pour services environnementaux peuvent être un outil intéressant.

  • adaptation locale, accompagnement

    FRSEA Pays de la Loire | 06 Novembre 2020 - 11h50

    Déploiement des PSE dans une logique gagnant-gagnant
    Accompagnement technique
    Permettre une adaptation des programmes d’actions au contexte local : hydrogéologie, productions agricoles, etc.

  • reconnaissance et accompagnement

    FRSEA Bretagne | 06 Novembre 2020 - 10h32

    Les agriculteurs contribuent à la production de l’eau potable, pour cette raison ils devraient être rémunérés pour ce service.
    Lors de la mise en place d’actions volontaires, l’accompagnement technique représente un coût important qui incombe aujourd’hui à l’agriculteur. Sa gratuité inciterait davantage les agriculteurs à entrer dans les projets territoriaux.
    Pour toutes les démarches engagées, une reconnaissance via une communication serait également bénéfique à la poursuite des projets comme à leur développement.

J'ajoute ma contribution

The contribution is currently closed.

Back to top